« Va-t-on en repartir un peu moins imparfait ? »

Comme Abraham le fit, voilà nos neuf propés
Ne sachant où ils vont mais vraiment décidés
À apprendre à prier, qui s’en vont de leur terre.
Direction Vénasque, loin du grand séminaire !

Notre Dame de Vie prend soin de les nourrir
Pas seulement de pain mais de quoi les unir
À son fils Jésus Christ. Faim a l’intelligence
De savoir bien entrer dans le profond silence
Où l’âme plonge en Dieu ! Père Marie-Eugène
Et son « Je veux voir Dieu » à Thérèse nous mène.
La Sainte nous prévient qu’il faut persévérer,
Et si nos misères veulent nous détourner,
Nous en triompherons grâce à l’humilité
Qui nous livre en entier à Dieu et sa bonté.
Prières et topos, journées de solitude
Et travaux manuels nous donnent l’habitude
De chercher Dieu en tout. Que le temps file vite
En bonne compagnie ! Pourvu qu’on en profite !

Ne soyons pas naïfs, gardons notre attention.
Si nous rêvions de paix, voici de la tension !
Nous ne voyons que trop la faute du prochain
Pour pouvoir discerner en tout frère humain
Un bien-aimé de Dieu, peut-être un futur saint !
Et même pour certains, dans six – sept ans un oint !

Il est temps de rentrer. Dieu, que nous as-Tu fait ?
Va-t-on en repartir un peu moins imparfait ?
Soyons-en tous certains, car la foi nous le dit,
La retraite pour tous produira un bon fruit.
Alors merci Seigneur de m’avoir éprouvé !
Je crois que ta bonté vers Toi m’a élevé.

Oscar-Emmanuel

Propédeute de Tarbes et Lourdes – Auteur